E – Espagnole (Grippe)

Anne CORDONNIER 1880-1921 (Sosa11)

Mon arrière grand mère, Anne CORDONNIER est décédée à 38 ans, en Janvier 1919 à Lyon, vraisemblablement de la grippe Espagnole.

Je suis arrivé à cette conclusion compte tenu d’une part de son jeune âge et d’autre part du fait que le nombre de décès enregistrés pendant cette période sur les registres de la ville de Lyon est stupéfiant, plusieurs dizaines par jour…

Parfois un événement historique transparait à travers la simple lecture d’archives.

fullsizeoutput_a77

La « grippe Espagnole » est apparue en 1918, avec une première vague au printemps. C’était alors une épidémie sans conséquences notables en termes de santé, une grippe banale.

Mais le virus a muté à l’automne, et a causé une véritable hécatombe au plan mondial, raison pour laquelle on parle de pandémie.

fullsizeoutput_a7a

Les cimetières militaires sont remplis en 1918 de soldats non pas tombés sous les balles ennemies mais emportés en quelques jours par un virus souche H1N1, ce que l’on appelait alors une grippe infectieuse.

En France et en Allemagne en guerre les faits sont occultés, le gouvernement espagnol constatant la même propagation sur son sol  du virus attirera l’attention du monde ce qui vaudra à cette grippe d’être baptisée « espagnole ».

L’origine de la pandémie se situerait (c’est à mettre au conditionnel) au cœur des États Unis, au Kansas dans le comté de Haskell, les soldats Américains en assurant involontairement sa propagation. Toutefois des travaux récents contestent cette version, il y a donc semble t il encore matière à débat même si l’option d’une origine aux USA reste trés vraisemblable.

2018_16_spanish_flu

En seulement 5 mois, un tiers de l’humanité va être contaminée, les 20-40 ans sont les plus touchés, on comptera au final entre 25 et 50 millions de morts.

C’est 5 fois plus que les morts liés à la guerre !

Le port du masque de protection se répand, pendant plusieurs mois la vie s’arrête.

U107298INP

L’épidémie n’épargnera persone, ni les soldats ni les poètes… 9 Novembre 1918, affaibli par une blessure à la tempe causée par un éclat d’obus en 1916, trépané et affaibli, Guillaume Apollinaire décède sur un lit d’hôpital, deux jours avant la signature de l’armistice…

l-fadc112f82a0e54bf12cfb6d1fac57b4

 

Sources :

Reportage France 3 06/04/2018

Le Figaro Santé Pauline Fréour 29/04/2014

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s